Avertir le modérateur

  • La vérité sur la qualité du millésime 2007

    Soyons clair : tout le monde se rappelle du temps exécrable de Juin à mi-aout 2007. Concernant la qualité du millésime, on pouvait s'attendre à une année très médiocre, qualitativement et quantitativement. Évidemment, quelques "devins", par mauvaise foi et/ou par ignorance, des "confrères"... se sont empressés de déniger le millésime. Pourtant, le mois de septembre a été déterminant. Voici ce qu'il faut donc retenir, succinctement, dans toute la France :

    1/. Les régions qui feront un grand millésime sans problème sont la Provence, le Rhône et le Languedoc, grâce au beau temps et surtout au mistral.

    2/. Les vins blancs secs, partout, ont toutes les chances d'êtres superbes, à Chablis comme à Sancerre.

    3/. Les liquoreux, Sauternes en tête, mais aussi les vins de Loire, seront exceptionnels, tant les vendanges tardives l'ont effectivement été, par la force des choses.

    4/. Les vins rouges des régions où la qualité globale sera la plus "délicate" sont globalement ceux de la Loire, de la Bourgogne et de Bordeaux. Là, seuls les meilleurs vignerons, dans le strict sens du terme, c'est-à-dire ceux qui surveillent la vigne de près, ont réussi des prodiges, que cela plaise ou non.

    Pour Bordeaux, j'y vis, donc j'ai suivi toutes les étapes du 20 août à la fin octobre, à l'inverse de quelques idiots qui parlent d'un salon parisien ou de New-York... J'ai déjà goûté à Saint-émilion, dans les Graves... Eh bien, le 2007 sera un millésime où il y aura de tout. Pour les hommes et les femmes les plus rigoureux, ce millésime est vraiment savoureux, un vin de plaisir, un vin de vigneron, un vin de talent. Je ne résiste pas à vous passer l'interview par mon épouse, Brigitte, de mon ami Olivier Bernard, du prestigieux Domaine de Chevalier (sur la photo, dans ses vignes), qui sait de quoi il parle :

    “C’est indéniable, c’est cette belle arrière-saison qui a fait le millésime. Tout a progressé doucement, nous donnant le temps d’attendre. Au Domaine de Chevalier, nous avons vendangé, les premiers Merlots début octobre et les derniers Cabernets-Sauvignons (superbes) le 17 octobre, ce qui est très tard. Nous avons assisté en 2007 à un cycle végétatif très long de 7 mois, du début avril à fin octobre. C’est ce long développement qui a été très positif pour le raisin. Dans les vignobles de l’hémisphère sud il fait parfois trop chaud, le cycle est très court, le raisin est rapidement “cuit ” et les baies sont souvent ramassées à des degrés trop élevés. Pour que les peaux s’affinent et que les tanins s’adoucissent, il faut un cycle long, une progression douce, constante, sans excès. Nous avons la chance, ici, d’avoir les conditions climatiques idéales pour faire de grands vins. Il faut un parfait équilibre naturel entre fraîcheur nocturne et ensoleillement le jour, brouillard le matin et sécheresse au zénith.
    Autant, il faut de grands années chaudes pour faire de grands rouges, autant pour les blancs, les années trop chaudes ne sont pas favorables. Le 2007 sera l’un des plus grands Domaine de Chevalier Blanc. Une très bonne acidité, beaucoup de fraîcheur, un équilibre magnifique qui promet de la complexité et de l’élégance, une explosion de fruits (pamplemousse, rose, citron, coing, ananas), un vin très complet, une grande expression du millésime.”

  • Dégustation verticale de la Mission Haut-Brion


    Dégustation_Mission.jpg

    2001 : couleur superbe, bouche puissante et dense, très riche, aux tanins bien fondus, un vin où s’entremêlent des notes de petits fruits rouges à noyau bien mûrs, d’humus, de réglisse, de grande évolution.2000 : intensité et couleur, beaucoup de corps, notes de fruits cuits, avec de la matière, associant puissance et finesse, de bouche très charnue, de garde.1999 : remarquable. Un grand vin aux reflets pourpres, aux arômes de fruits mûrs et de réglisse, de bouche puissante, très ample, charpentée et voluptueuse. 1998 : très grand vin classique, de robe sombre, complet, très tannique, avec une belle matière présente et savoureuse, au nez dominé par le cassis, le cuir et la truffe, de grande garde.1996 : très belle couleur, nez exceptionnel aux nuances de truffe fraîche, charmeur, puissant, charnu et souple à la fois, élégant, très représentatif du millésime.1995 : vraiment superbe, robe intense, aux arômes de fruits surmûris, d’épices, de cuir, un grand vin dense, plein, de grande structure. Complexité et distinction vont de pair. Grand potentiel de garde.1994 : classique, un vin qui dévoile des nuances de mûre et de grillé, aux tanins d’une grande suavité et d’une belle longueur en bouche.1993 : très belle couleur, un beau vin ample, d’une grande homogénéité, tout en souplesse mais très équilibré, encore très frais, très séduisant.1991 : tanins équilibrés, à la fois puissants et soyeux, un vin tout en élégance, ferme et d’une belle intensité, tout en souplesse.1990 : grande structure, nez superbe, très grande complexité d’arômes (griotte, champignons, moka...), bouche ample et subtile en finale.

     

  • Les femmes sur le Web

    "Le site auFéminin.com associé à l’institut TNS Sofres a réalisé une étude dans cinq pays, sur le comportement des femmes sur le Web. Il en ressort que c’est devenu un média indispensable dans leur vie."

    Voir la suite

  • Voyage en Chine

    Arrivée à Pékin, vol Air France, rien à dire. Pékin est une ville en plein essor où, les buildings flambant neufs peuplent le quartier des affaires et témoignent de la formidable envolée économique de la Chine, de son dynamisme et de son énergie à rattraper le retard. C’est aussi la ville des mystères, devenue au cours de son histoire, la capitale du pays réunifié.

    Voir le débat sur AgoraVox :

    http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=28479

    More...

    Lire la suite

  • L'exceptionnel Château Carbonnieux

    Toujours au sommet. Antony Perrin peut être fier de ce qu’il a su développer dans l’appellation. Depuis son installation à Carbonnieux en 1962, il a constitué des vignobles sur les meilleurs terroirs de Pessac-Léognan, soit près de 160 ha au total dont 87 ha d’un seul tenant autour du Château Carbonnieux. Assisté de ses deux fils, Éric et Philibert, il continue de mener une politique qualitative de haut vol. Carbonnieux est situé sur un point culminant de la commune de Léognan, une très jolie bâtisse avec des tourelles de style périgourdin, et le vignoble d’un seul tenant tout autour sur un terroir graveleux légèrement pentu est parfaitement drainé par un cours d’eau nommé l’Eau Blanche.

    Lire la suite

  • Bourgogne : il s'agit de savoir bien choisir

    Mes sélections sont sévères cette année, tant il y a des crus trop chers et d’autres à des prix déments dans la région, difficilement cautionnables désormais, souvent “ciblés” pour l’export, intelligemment délaissés en France comme en Belgique. En fait, ce n’est pas un problème de prix, mais bien de rapport qualité-prix. Une bouteille simplement “bonne” à 30 € (minimum) ce n’est plus acceptable, voilà tout ! Et, connus, anciens, réputés ou non, il s’agit vraiment de faire attention à certains noms dans la région pour ne pas se faire avoir. La notoriété, comme à Bordeaux, ne suffit plus.

    Pourtant, les vins de Bourgogne que j'estime et soutiens méritent leurs prix, à 10 e comme à 25 €, à 50 € comme à 100 €, certains dépassant même cette limite pour l’extraordinaire millésime 2005, où la demande est mondiale. Il suffit de comparer leur qualité intrinsèque à d’autres vins de mode totalement surcotés que l’on trouve en Languedoc, dans la Vallée du Rhône et à Bordeaux pour s’en assurer.

    Lire la suite

  • Mes coups de cœur en Côtes-de-Bourg

    LE CLOS DU NOTAIRE
    Roland Charbonnier
    33710 Bourg-sur-Gironde
    Tél. 05 57 68 44 36 et 06 18 39 83 60
    Fax. 05 57 68 32 87
    e-mail : closnotaire@vinsdusiecle.com
    www.vinsdusiecle.com/closnotaire
    À la tête des Premiers Grands Vins Classés. Surplombant le confluent de la Garonne et de la Dordogne, les vignes bénéficient d'un microclimat dû à la proximité de l'estuaire et à l'exposition de ses coteaux en pente sud. Sur un sous-sol argilo-calcaire, longtemps exploité en carrières, ce terroir de graves (20 ha) est planté des Merlot, Cabernet-Sauvignon, Cabernet franc et Malbec. Talentueux et passionné, Roland Charbonnier peut être fier de son superbe Côtes-de-Bourg 2003, puissant, aux notes de fruits mûrs avec des nuances d’épices et de truffe en bouche, aux tanins bien présents, très prometteur. Le 2002, riche en arômes, est d’une belle structure avec beaucoup d’élégance, aux notes de fruits, de cannelle et d’humus, très équilibré au nez comme en bouche, très savoureux. Le 2001, aux notes de cassis mûr, d’épices et de fumé, très bien élevé, est remarquable, riche et savoureux en bouche, marqué par son terroir. Remarquable rapport qualité-prix-typicité, et une grande régularité, ce qui n’est pas rien.
    Voir le Classement :
    http://www.guidedesvins.com/cotes-de-bordeaux.php

    Lire la suite

  • Vitteaut-Alberti

    Au sommet de son appellation. Gérard Vitteaut est une référence, chaleureux et talentueux, et élève, secondé par son épouse et sa fille, le meilleur Crémant de Bourgogne Blanc de blancs brut 2003, une cuvée de haute gamme, très fine, marquée par la proportion importante de Chardonnay (80%, le reste en Aligoté), délicatement dosé, puissant, au nez concentré où dominent les fruits mûrs et les fruits secs, d’une belle longueur. Le Crémant de Bourgogne blanc brut 2004 (40% Chardonnay, 40% Pinot noir et 20% Aligoté) est de mousse crémeuse, ample, très fruité au nez comme en bouche, très fin, subtil et persistant, une cuvée ample et parfumée, légère et ronde à la fois, généreuse et charmeuse. Très séduisant Crémant de Bourgogne rosé brut 2004, pur Pinot noir, très équilibré, de mousse onctueuse et très fine, aux notes discrètes de fraise des bois, tout en bouche comme ce Crémant de Bourgogne Blanc de blancs 2003 (90% Chardonnay et 10% Aligoté), où dominent les fruits mûrs et les petits fruits secs, d’une jolie longueur, le tout bénéficiant d’un exceptionnel rapport qualité-prix-plaisir.

  • Chevalier au sommet

    À la tête des Premiers Grands Vins Classés, en blanc comme en rouge, ce qui n’est pas rien. On s’en rend compte avec son grand Pessac-Léognan rouge 2004, d’un rouge très foncé, puissant, d’une grande complexité, avec des tanins très soyeux, un vin où tout est merveilleusement fondu, dont l’équilibre est parfait, extrêmement typé Graves Pessac Léognan avec des notes de fumé, des arômes très complexes, vraiment un très grand vin. Remarquable 2003, puissant, plus typé Cabernet-Sauvignon, mais très doux, car les Cabernets étaient très mûrs, aux arômes persistants et subtils de petits fruits rouges mûrs à noyau, très structuré, avec des tanins soyeux, un vin tout en distinction, d’excellente évolution.

    More...

    Lire la suite

  • L'art d'accorder les vins et les mets

    183b8f5638e673f40cbcc1bcd2123cb0.jpgQuand on débouche une bouteille de vin, à n’importe quel prix, on doit surtout -pour en profiter pleinement- adapter les mets qui lui conviennent le plus. Historiquement, le vin a toujours été lié avec la gastronomie des régions. Si l’on fait un vin rouge puissant et épicé en Languedoc ou dans le Rhône, c’est, par exemple, une réponse à la multitude de préparation de gibiers dans ces régions, qui demandent des vins riches et corsés. Autre exemple : le velouté des vins blancs bourguignons et leur persistance d’arômes, qui leut permet de "coller" parfaitement aux viandes blanches à la crème...

    L’Alsace

    L’Alsace est l’exemple caractéristique des grandes régions vinicoles et gastronomiques françaises où le mariage des vins et des mets peut surprendre le plus. Bien sûr, on connaît les spécialités du pays, les choucroutes, les fromages, les charcuteries ou le kouglof, et l’intensité aromatique des grands crus, alliant finesse et richesse en bouche. On se doute bien qu’un vin d’Alsace se déguste aussi avec des crustacés ou des fruits de mer mais on oublie parfois l’extraordinaire osmose d’un Muscat avec des asperges, par exemple.

    Les vins peuvent se boire pratiquement tout au cours d’un repas. Sur la choucroute (Riesling), avec une sole meunière (l’Alsace est riche également de poissons de rivière), avec des crustacés. Plus original, le fameux “poulet au Riesling”, une blanquette de veau à l’ancienne. La puissance de son bouquet et sa persistance aromatique en bouche place le Gewurztraminer comme un apéritif idéal. Il est superbe (comme le Pinot Gris) avec un pâté en croûte ou une terrine de foies blonds, ainsi que sur la tarte flambée. Les Vendanges Tardives se savourent sur un foie gras d’oie d’Alsace, au naturel ou en brioche, et sur des fromages forts comme le maroilles, le munster ou le roquefort.

     

    Lire la suite

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu